Quels médicaments emporter en voyage ?

Voici une question qui se pose avant chaque départ vers de lointaines aventures. Nous vous faisons un petit récapitulatif des médicaments nécessaires lors d’un voyage.

Tout d’abord, en amont, il est très important de vérifier si des vaccins sont nécessaires et/ou obligatoires sur votre destination plongée.

Les indispensables

Paracétamol et anti-inflammatoires
De l’aspirine, utile en cas d’accident de décompression, mais attention à la dose à prendre dans ce cas (voir explications plus bas).
Antispasmodique
Antihistaminique en cas d’allergies
Huile d’amande douce pour les oreilles si vous l’utilisez ou autres produits qui vous soulageraient entre deux plongées.
Médicament contre le mal de mer et les nausées s’il s’agit d’une croisière.
Le nécessaire pour soigner les plaies, avec désinfectant et pansements étanches. Si vous êtes à l’aise avec, pensez à un petit kit pour les plus grosses plaies.
Gouttes oculaires pour nettoyer et hydrater les yeux.
De la crème solaire pour se parer des mauvais rayons du soleil et un stick à lèvres pour hydrater entre deux plongées.
Selon l’endroit où vous partez plonger, un anti-moustiques efficace pourrait aussi vous sauver la vie.
Enfin, n’oubliez-pas vos éventuels médicaments sur ordonnance dont vous aurez besoin tout au long de votre voyage.

Quoi qu’il en soit, si vous n’emportez pas votre trousse de premiers soins, vous pouvez demander à l’avance au centre de plongée de quel équipement il dispose. Dans tous les cas, ils disposent de l’équipement nécessaire pour intervenir en cas d’accident de plongée.

Administration de l’aspirine en cas d’accident de plongée

Vous pouvez proposer de l’aspirine à hauteur de 500 mg maximum à un adulte ou un enfant de + de 10 ans, ou 250 mg maximum pour un enfant de 8 à 10 ans. Notez qu’en cas d’accident, ce médicament est facultatif.

Toutefois, la prise de l’aspirine ne convient pas si l’une de ces 4 circonstances est concernée :

  • Allergie à ce médicament
  • L’accidenté est inconscient ou peu coopératif. Si ses fonctions motrices présentent un signe de faiblesse, il y a un risque d’inhalation pulmonaire.
  • Nausées et/ou vomissements
  • Suspicion de lésion du tube digestif (type ulcère à l’estomac).

Ce recours concerne tous les accidents de décompression ainsi que les accidents par barotraumatisme pulmonaire.

RETOUR AUX ARTICLES

Article suivantAlain : voyage vers une nouvelle vie
Juliette
Hello ! Allez je saute le pas, je vous dis tout : vous faire voyager et monter dans le premier avion pour vivre d'aventures et de plongées est ma mission. Voguez à travers ce blog et découvrez nos destinations coups de cœur, de leurs richesses culturelles aux fonds marins exceptionnels qui les bordent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here